Un drôle de regard sur le vieillissement

Haro sur les odeurs
Formation : Nos prochaines dates sur Perpignan
2 mai 2019
haro sur les odeurs
haro sur l’odeur des personnes âgées : sentent-elles mauvais ?
14 août 2019

Un drôle de regard sur le vieillissement

L’image que notre société porte sur le vieillissement contredit tous les beaux discours

Une très belle émission :

A l’écoute de l’émission de France Info : https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/ils-disent-qua-cinquante-ans-le-cerveau-ne-fonctionne-plus-pareil-trop-vieilles-pour-travailler j’ai souhaité réagir et écrire quelques mots à ce sujet.

Il y a beaucoup de prose sur le vieillissement. Internet regorge de papiers intéressants en tous genres, qui tentent d’expliquer pourquoi les gens vivent plus vieux, et probablement mieux, du moins si l’on se réfère à l’Europe.

Personnellement avant d’écrire cet article, j’ai également apprécié le White Paper Le Vieillissement en Europe : Constats et Enjeux, édité par www.pourlasolidarite.eu

Avoir 50 ans est-ce être vieux ?

Dans le monde professionnel, il est pour le moins difficile de trouver du travail à partir de 50 ans. Pourtant 50 ans ce n’est pas vieux, c’est à peine les 2/3 de sa vie, d’autant que l’expérience acquise est un atout majeur.

Cependant la réalité du monde du travail est pour le moins le constat d’une approche sévère du vieillissement. Les plus de 50 ans qui sont à la recherche d’un travail expriment de nombreuses difficultés dans cette recherche.

L’âge n’est souvent pas affiché comme le facteur principal de cette difficulté. Pourtant le constat est là :

  • Les demandeurs d’emploi de 50 ans ou plus restent inscrits à Pôle emploi en moyenne 673 jours,
  • Les demandeurs d’emploi de moins de 25 ans restent inscrits à Pôle Emploi en moyenne 211 jours,
  • Les demandeurs d’emploi de 25-49 ans restent inscrits à Pôle Emploi en moyenne 404 jours.

Alors que cette période de la vie (50 ans et +) est propice à une certaine forme de libération : c’est le moment où l’on commence à se libérer de la charge de gérer ses jeunes enfants, qui prennent leur envol (autonomie, métier,  université, etc etc).

Les cinquantes et plus pourraient apporter expérience et transmission aux plus jeunes, mais notre société en a décidé autrement.

Comment croire que l’on n’est plus bon à rien ?

De nos jours, le baby-boom post guerre, prend toute son ampleur, et la prochaine décennie verra 25 % de la population mondiale avoir plus de 60 ans, et près de 10 % plus de 80 ans. C’est l’effet cumulé du mieux vieillir, et du mieux se soigner.

Cela veut-il dire que nous allons laisser tout une frange de la population de côté ?

Allons-nous poursuivre ce dénigrement permanent associé à une forme de “jeunisme”.

50 ans c’est pourtant l’âge ou certains deviennent grands parents, et peuvent ainsi profiter de ces années de douceur extraordinaire.

50 ans c’est l’âge où la maturité permet de travailler autrement.

50 ans, c’est :

  • 50 ans d’histoires et d’expériences de vie,
  • au moins 20 ans d’expérience professionnelle.

Alors pourquoi tant de haine à l’égard de nos vieux professionnels ?

Les réponses sont multiples et l’histoire nous permet d’en comprendre certaines.

Une image dégradée :

Pour une grande partie de la population, du moins en Europe, le vieillissement est perçu comme quelque chose de négatif, alors qu’en réalité, c’est du contraire qu’il s’agit.

Au niveau sociétal, il est communément admis de dire qu’à la ségrégation des sexes a succédé la ségrégation des âges.

  1. Hors de la sphère familiale, jeunes et vieux ne se côtoient plus,
  2. Chacun vit sur des espaces différents dans des temps séparés.

Le psychiatre Jean Maisondieu n’hésite pas à écrire que notre société pratique :

“l’apartheid de l’âge, avec une férocité d’autant plus redoutable qu’elle est inconsciente, y compris chez ceux qui en sont les victimes “.

Léon Tolstoï lui a écrit :

” il faut vivre, chaque jour sa vie, comme si elle venait juste de commencer, et le temps qui reste à vivre est plus important que toutes les années passées “.

Quelques représentations de la vieillesse :

  • Aux origines de la vieillesse, la malédiction : la vieillesse est un châtiment divin.
  • Dès les premiers siècles de l’ère chrétienne : « Adam au paradis était éternellement jeune et beau, son mépris de l’ordre en fit un vieillard »  Ephrem de Nisib
  • L’imaginaire du Moyen Âge est riche de fontaines de jouvence, et les élixirs de longue vie.
  • « Il faut lutter contre la vieillesse tout comme on doit lutter contre la maladie » décrète Cicéron;
  • Depuis Hippocrate, on cherche la manière de prolonger la vie.

Le Dictionnaire Richelet de 1680 donne une définition distincte du vieux et de la vieille

  • On appelle vieillard un homme depuis quarante jusqu’à soixante-dix ans. Les vieillards sont d’ordinaire soupçonneux, jaloux, avares, chagrins, causeurs, se plaignent toujours, les vieillards ne sont pas capables d’amitié.
  • On appelle une femme vieille depuis quarante jusqu’à soixante-dix ans. Les vieilles sont fort dégoûtantes. Vieille décrépite, vieille ratatinée, vieille roupieuse

Et la sagesse ….. ?

La représentation d’une vieillesse-sagesse réapparaîtra pourtant épisodiquement tout au long de l’Histoire, où alternent les périodes dominées par les plus âgés avec celles où le pouvoir est aux mains des plus jeunes. Lorsque le Droit repose sur l’oral ou la coutume et valorise la connaissance et l’expérience, on a tendance à idéaliser davantage les vieillards, à en faire des modèles de vertu.

Pourtant vieillir c’est beau :

Et nous devons apprendre à apprécier cette période pour nous comme pour les autres.

Notre vie à tous, les médias, et notre entourage nous montrent comment cette image dégradée peut-être fausse. Nombreux sont nos grands parents qui partent en voyage et n’ont de cesse d’avoir une activité débordante.

J’entends encore certains dire : “je suis plus occupé que lorsque je travaillais!!!”.

Si nous résumons : vieillir n’est surement pas décliner, et être triste à pleurer. Vieillir c’est élargir sa pensée, se fixer quotidiennement un objectif et l’atteindre, se faire plaisir et faire plaisir aux siens. Vieillir c’est savoir apprécier le moment présent, et le savourer sans retenue.  Vieillir c’est aussi la sagesse, le raisonnable, l’important, les vraies valeurs de la vie.

Vieillir, c’est être acteur pour la solidarité des autres, et c’est surtout, voir les jeunes et leur dispenser son savoir, sans rigidité, ni amertume, avec tendresse et passion :

https://www.huffingtonpost.fr/ezzedine-el-mestiri/beaute-vieillir_b_11539502.html

Il ne faut pas pour autant nier que la vieillesse peut aussi être difficile, mais ne confondons pas dépendance et vieillesse.

Malgré cette difficulté, mes années passées auprès de très nombreux vieux m’ont permis d’adorer ces “vieux”. Ce terme mal employé, est pourtant plein de tendresse dans ma bouche comme dans celle de Daniel GUICHARD.

La vieillesse est source :

  • de sagesse,
  • de plaisirs,
  • d’emplois,
  • d’innovation.

Aujourd’hui ce secteur est une source intarissable de création d’emplois. Elle est également porteuse de projets innovants, et permets à nos ingénieurs créatifs et inventifs de s’engager dans la recherche et le développement.

Alors arrêtons un peu ce “vieux-bashing” et mettons nous à la page du vieillissement 3.0.

Aimons les vieux comme il se doit, aimons-les comme il nous devrions les aimer.

#stopauvieuxbashing, #formationsprofessionnelles, #lesclesduvieillessement,

En savoir plus sur notre formation sur le vieillissement : cliquez ici.

En savoir plus sur nos formations : cliquez ici. 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.