Les règles du groupe d’analyse de la pratique professionnelle


Y-a-t-il des règles du groupe d’analyse de la pratique professionnelle à respecter ?

La mise en place d’un groupe d’analyse de la pratique au sein d’une institution nécessite bien évidemment de respecter un cadre. Les institutions peuvent avoir les mêmes règles, mais elles peuvent également créer ou organiser le cadre de mise en œuvre du groupe d’analyse de la pratique professionnelle. Mais effectivement, il est important de respecter des règles du groupe d’analyse de la pratique professionnelle.

In fine le garant de l’équilibre de ce groupe reste l’animateur.

La confidentialité :

La première des règles du groupe d’analyse de la pratique professionnelle et probablement l’une des plus importante est celle de la confidentialité, et du respect de la parole distribuée par les membres du groupe. En effet, chacun des participants doit pouvoir exposer des situations qui lui tiennent à cœur, et qui nécessitent un éclairage sans être dans l’inquiétude de la rupture du secret.

L’Organisation Mondiale de la santé définit la confidentialité comme étant « le fait de s’assurer que l’information n’est accessible qu’à ceux dont l’accès est autorisé ».

Aucun cadre juridique n’est établit, mais il s’agit bien d’un principe éthique que nous animateur de groupe d’analyse de la pratique posons comme indispensable au bon déroulement des séances.

Le respect de la confidentialité va permettre que la confiance s’installe dans le groupe, et ainsi que le travail puisse se mettre en place.

Le groupe peut donc convenir qu’il est du ressort de l’animateur de garantir la confidentialité. Cependant, l’animateur ne peut s’engager pour chacun des membres groupe.

Chaque participant devra s’engager et respecter cette première règle.

La confidentialité est la condition sine qua non pour que la confiance s’installe dans le groupe.

Une bienveillance engagée :

Le talisman de la bienveillance ou réel engagement ? Tous les professionnels souhaitent que cette éthique de la bienveillance soit mise en œuvre. Elle est indispensable pour prévenir ou colmater les conflits entre les différents segments de la société, mais également dans nos conflits intérieurs, et nos enjeux éthiques.

La définition : « de la bienveillance est une disposition d’esprit à la compréhension, et à l’indulgence envers autrui. »

Dans les règles du groupe d’analyse de la pratique professionnelle la bienveillance engagée correspond au non jugement. La bienveillance est  un nouveau genre de relation professionnelle basée sur la gentillesse, dans le vrai sens du terme gentillesse.  Dans les définitions de la gentillesse  il s’agit du caractère de ce qui est gracieux, charmant et agréable.

Il est vrai que la bienveillance basée sur la gentillesse bouscule notre idée primaire de la gentillesse, ou le sens second que certains voudraient bien leur donner.

Dans les cultures développées aujourd’hui la compétitivité a déformé le sens premier de la gentillesse. Le groupe d’analyse de la pratique professionnelle propose de revenir à ce sens premier.

Il s’agit même d’établir comme une règle éthique la bienveillance.

Un respect de la parole :

Afin de proposer un espace qui va permettre au groupe de communiquer efficacement, et sereinement sur les difficultés rencontrées dans la pratique quotidienne : l’animateur du groupe doit être vigilant au respect de la parole de chacun.

Respecter la parole de chacun, c’est tout d’abord laisser chacun s’exprimer sans lui couper la parole, le laisser s’exprimer librement.

Respecter la parole de l’autre c’est ne pas se moquer, ne pas le juger.

La parole est l’élément central de la communication. Elle est au cœur des échanges entre les adultes. Elle a donc une très grande valeur, et doit être prise en considération simplement mais sincèrement.

La parole c’est :

  • Se construire avec les autres : respecter, être tolérant,
  • Organiser la vie ensemble : respecter les règles,
  • Apprendre ensemble : coopérer,
  • Etre reconnu : estime de soi,
  • Vivre sans violence : se respecter, respecter les autres.

L’animateur de groupe d’analyse de la pratique professionnelle se doit donc d’avoir une parole claire, et intelligible. Il doit également être vigilant à la distribution de la parole dans le groupe, et à une écoute attentive de chacun.

La régularité :

Aucune des règles du groupe d’analyse de la pratique professionnelle n’aura de sens si un cadre et une organisation régulière ne sont pas mises en place. Le groupe doit pouvoir s’organiser de façon régulière : une fois par mois, une fois tous les deux mois, une fois par trimestre. Peu importe, ce qui compte c’est de savoir de façon certaine la régularité de ce groupe.

De même le cadre de l’espace est important, se retrouver toujours dans le même lieu est bien plus serein que de devoir réfléchir au lieu du prochain groupe.

Enfin au sein même du travail du groupe la même régularité devra être amorcée, et aménagée. C’est-à-dire que l’animateur devra ouvrir la séance, présenter le déroulé de la séance et enfin clôturer la séance.

 

Il s’agit là de quelques règles du groupe d’analyse de la pratique professionnelle pour que le socle du groupe soit serein. Bien évidemment d’autres principes peuvent également être réfléchis et mis en place. Chaque institution, chaque service, établira ses propres principes pour que le groupe fonctionne sans omettre ces quatre premières déjà établies.

 

Plus d’informations :

Toutes nos formations :

 

Pour plus d’informations contactez-nous

contact@adimpletionum.fr

Tél. : 07 86 15 27 25 ou 06 07 04 37 68