la france vieillit


Sommes-nous prêt à accueillir cette France qui vieillit ?

 

 

 

 

La France vieillit et c’est l’Insee qui nous l’affirme : mais nous le savions déjà

Tout le monde le sait. Il ne s’agit pas là d’un tabou, mais bien d’une réalité à laquelle les familles doivent se préparer. Les professionnels tentent de s’y préparer depuis deux décennies au moins. Mais sommes-nous prêt ?

La population augmentera sur les 30 prochaines années, mais à un rythme moins rapide que par le passé. En 2050, un habitant sur trois, aura plus de 60 ans, et la part des jeunes et des actifs est appelée à diminuer, considérablement.

Selon Isabelle Robert-Bobée, de la division Enquêtes et études de l’Insée, aucun scénario étudié, ne remet en cause le vieillissement qui est donc inéluctable,.

En janvier 2016, selon le journal le monde la France comptait plus de personnes âgées de 60 ans et plus, que des jeunes de 20 ans, et comme la tendance est à l’accélération, le nombre de personnes âgées de 85 ans et plus, (environ 1,4 millions en 2016) aura quadruplé en 2050.

Comme il y a déjà un peu plus d’1,2 millions de personnes, qui souffrent de pertes de repères et d’autonomie, les experts estiment que la population âgée et en difficultés, doublera dans les 30 prochaines années. Ce que nous nommons dans notre jargon : la dépendance, ou la perte d’autonomie, est une réalité qui s’accentue. Aujourd’hui déjà, mais plus encore demain, nous allons devoir travailler à accompagner les professionnels de la gérontologie.

Le vieillissement est sans le moindre doute, le plus grand défi, qui se présente à nous, et à la société moderne, qu’elle soit Européenne, Française ou Mondiale. Il n’a pas fini de défrayer la chronique, et de justifier, rapport sur rapport, étude sur étude, synthèse sur synthèse, en clair de provoquer des propos soit alarmistes, soit rassurants selon, le prisme choisi.

Et c’est là que deviennent nécessaires les clés, pour prendre soin de nos vieux ou de nos seniors, les personnes âgées et leur traitement sont notre challenge pour demain, et il conviendra d’apprendre à les accompagner, à les soigner, à les supporter, enfin à les aider à mieux vivre, cette époque de leur vie, que l’on dénomme l’âge heureux.

Il semble indispensable, de comprendre les enjeux du vieillissement, d’appréhender l’histoire que cela représente, pour mieux en déterminer les besoins si particuliers des personnes âgées, car elles ont de réels besoins, qui souvent ne peuvent être exprimés, par leur situation ou leurs carences.

Il faut mettre la personne âgée au centre de la question, en améliorant son accompagnement, en la soutenant car elle est fragile et peut facilement être mise en difficulté, et de plus elle ne dispose plus tout à fait de ses facultés initiales, quoi que nous en disions, les personnes âgées deviennent vulnérables avec l’âge.

Le fait même de prendre soin, d’autrui est probablement l’un des plus vieux gestes du monde. C’est aussi et sans le moindre doute, ce qui a été accompli par toutes nos générations passées, quelles que soient leurs cultures et leurs religions.
Le terme de prendre soin, est vraiment réducteur, car la diversité et la variété des situations vécues dépendent du contexte, de la situation, de l’état de la personne à soigner, sans oublier les dimensions tendresse et beauté de l’amour apporté, par le soigneur au soigné.

Ce secteur secteur d’activité est en pleine croissance, et en recherche permanente de professionnels. Il est relativement simple de trouver des postes dans le cadre de l’aide à personne, sans nécessité de diplôme. Et par ailleurs c’est me semble-t-il très positif. C’est un secteur créateur d’emplois. Le seul bémol qu’il convient d’y mettre c’est l’absence de formation. En effet, prendre soin ou accompagner des personnes âgées à domicile ou en établissement relève très souvent du bon sens.

Le bon sens mais pas seulement…

Les situations les plus courantes sont bien-sûr des situations de refus, d’agressivité, de non besoin. Très souvent, les professionnels repèrent des problématiques très justes. Seulement faute de relais, ces remarques restent sans suite. C’est la premier dommage.

Le second est de ne pas donner à notre tour les clés de compréhension des situations. Le public âgé mérite que nous prenions le temps de le comprendre, et de l’accompagner. Pour ce faire, nous devons décoder quelques observations, et maîtriser quelques clés essentielles de ce public.

Très honnêtement, le bon sens est nécessaire, mais il est aussi important d’accompagner les professionnels vers plus de professionnalisme, et plus de discernement lors de situations cliniques particulières.

Prenons un exemple : Mr X dit qu’il ne va pas bien ce matin et qu’il ne veut pas déjeuner. La première des réactions est souvent d’indiquer à Mr X que c’est important de déjeuner, qu’il lui faut des forces.  La seconde posture peut-être également une forme de menace chantage : je vais le dire à votre fille et elle ne va pas être contente. Une troisième serait de dire il faut qu’il mange coûte que coûte.

Bref, cet exemple nous montre au combien de nombreuses postures professionnelles peuvent être agressives, alors qu’elles partent initialement d’un bon sentiment.

Il m’apparaît important de proposer une formation pour travailler avec les professionnels sur leurs connaissances de la personne âgée et de leur apporter des clés  :

  • d’écoute,
  • de compréhension,
  • d’accompagnement.

Je souhaite vous proposer pour ces journées de formation l’envie de regarder autrement les personnes âgées. Je souhaite vous faire réfléchir à la problématique du sujet âgé et à tous les enjeux du vieillissement avec un autre regard. Je vous invite à découvrir la formation : le vieillissement les clés indispensables.

Plus d’informations sur nos formations :

 


Nous contacter pour toute inscription ou pour la mise en place de cette formation en intra dans votre établissement.

contact@adimpletionum.fr

Tél. : 07 86 15 27 25 ou 06 07 04 37 68